L’Europe entière fut touchée par ce calamiteux hiver 1829-1830.

Après la Belgique et le Grand-duché du Luxembourg, poursuivons notre édifiant petit tour européen.

…Aux Pays-Bas du Nord

L’hiver 1829-1830 fut, avec celui de 1962-1963, le plus froid hiver enregistré depuis 300 ans. La température moyenne est de -3,1°C ; décembre fut le mois le plus froid.

Décembre : le gel s’installa pour 8 jours à partir du 2 décembre. Puis, le vent passant au sud, il plut alors que la température était juste au-dessus de 0°C, ce qui rendit les brouillards nombreux. Du 17 au 23 décembre, la température chuta à nouveau et la neige tomba. Le vent, du Nord-Nord-est, était très froid et il en résulta une série de 10 jours de gel. La température moyenne des 10 derniers jours de décembre fut de -6,6°C.

Janvier : commence avec un léger redoux, du brouillard et de la pluie mais, du 3au 28 janvier, il y eut une alternance de neige, de pluie, de brouillards et de gel. A partir du 28 janvier, le temps se refroidit jusqu’au 7 février et la température moyenne, pendant cette période, fut de -9,6 °C à Haarlem.

Le 8 février, le vent tourna au Sud, Sud-ouest et le dégel commença. Le reste du mois fut, jusqu’au 23 février, une alternance de pluie et de neige avec des températures négatives la nuit et légèrement positives durant le jour. Après le 23, il ne gela plus la nuit et la température la plus haute (8,3°C) fut relevée le 26 février à Haarlem.

… en France

L’hiver 1829-1830 se traduisit dans le Languedoc et la Provence par d’abondantes chutes de neige. De nombreux voituriers disparurent dans cette neige dont l’épaisseur en Normandie dépassait 2 mètres. Cette neige préserva les récoltes dans tous les endroits où elle resta sur le sol, mais partout où elle fut balayée par le vent, les céréales furent gelées. Les oliviers, châtaigniers, mûriers et vignes périrent en grand nombre.

Hiver_Paris
Amoncellement des glaçons sur les ponts de la Seine – 1829-1830

Entre le 12 et le 20 janvier, c’est le pic du froid. Le mercure descend régulièrement autour des -30 ° dans tout l’est de la France. On note ainsi -26,3° sur Nancy, -28,1° à Mulhouse (3 février). Mais ce froid est généralisé. On descend jusqu’à -19,8° sur Dieppe, -17,5° dans la capitale le 17 janvier, -15° à Toulouse le 29 décembre, -13° sur Avignon, -10,6° sur Bordeaux et même sur la Canebière à Marseille, le froid est intense avec -10,1° (28 décembre et 2 février).

Les canaux étant gelés, le marché de Lille subit une hausse énorme, augmentée des droits d’entrée sur les blés étrangers; en février 1830, la police signale plusieurs indigents morts de froid ; un tiers des ouvriers ont été renvoyés.

Dans le nord et dans l’est, des troupes de loups attaquent les villages.

« Plusieurs départements du nord et de l’est de la France sont infestés par une prodigieuse quantité de loups qui voyagent en troupe, et dont on pourrait suivre la trace en remontant jusque dans les forêts de Bohème et de Hongrie, d’où ils paraissent avoir été chassés par les neiges et par la faim. Toutes les populations se réunissent pour s’opposer à cette formidable invasion. 1»

Des loups encore, à Châteauroux, mais ceux-ci s’attaquèrent à un butin de qualité :

« …une diligence a été suivie par neuf loups affamés. Le conducteur effrayé a jeté des dindes aux truffes qu’il apportait de Périgueux mais elles disparaissaient avec la rapidité de l’éclair. Enfin, force a été d’abandonner à ces animaux furieux tout le chargement de dindes truffées, y compris les caisses ; à ce prix, le pauvre conducteur a pu continuer sa route.2»

« On écrit d’Auch3, 23 janvier : la rigueur du froid a frappé le bétail dans les étables : on y compte par plusieurs centaines les moutons et brebis qui ont succombé. La glace, ajoute-t-on, a pénétré dans le cœur des plus gros chênes : les trois quarts et demi de ces arbres se sont fendus depuis la base du tronc jusqu’à la cime. »4

Le 24 janvier, le Rhône emporte le pont d’ Avignon.

« Des lettres d’Avignon annoncent que le départ des glaces du Rhône, qui a eu lieu le 24, a causé de de très grands ravages. Le pont d’Avignon a éprouvé de graves avaries ; deux arches de celui de Villeneuve ont été emportées, et tous les moulins qui bordent cette partie du fleuve sont fracassés. »5

Et pourtant, on considère que la France fut moins touchée que des pays comme l’ Allemagne ou la Belgique.

Hiver_Paris_2
Hiver à Paris

… en Allemagne

Les hivers des années 1827, 1828 et 1829 furent très durs en Allemagne.

L’hiver 1829-1830 fut l’hiver le plus froid enregistré avec une température moyenne de -6,6°C. Le froid dura 83 jours dont 72 jours de gel ininterrompus. Le froid descendit jusqu’à – 30°C.

1829 -1830 Große Kälte – Von Weihnachten 1829 bis Lichtmeß 1830 war eine große Kälte, so daß die Kartoffeln und die Äpfel selbst in den festesten Kellern erfroren sind6 ».

Grand froid – De Noël 1829 à la Chandeleur7 1830 connu un grand froid tel que les pommes de terre et les pommes furent gelées dans des caves les plus fermées.

…en Autriche

Le Danube et ses affluents gelèrent dès le début des premiers froids et, très vite, le Danube ne devint plus navigable. Avec le dégel, le Danube envahit, fin février, la banlieue de Vienne. A cet occasion, 74 personnes périrent noyées.

… en Suisse

L’est du Mittelland connu 72 jours de neige de novembre à mars. St Gallen connut 97 jours de neige. Le lac de Zürich et le Bodensee gelèrent en janvier; le Neuenburgersee en février.

Dans un extrait de ses notes ornithologiques datées de janvier 1830, le savant Louis Necker8 témoigne :

« L’hiver de 1829 à 1830 est le plus froid, le plus précoce et le plus long que j’ai encore vu et ceci dans toute l’Europe. A Genève, le lac a gelé le 25 décembre. Il n’y a point eu d’oiseaux cet hiver au marché; mais plusieurs loups se sont montrés dans les bois près de Chambésy et du Vengeron, et des oies sauvages à Genthod et à Versoix.»

… en Angleterre

Hiver sévère en Angleterre également. Gel continu du 23 au 31 décembre, du 12 au 19 janvier et du 31 janvier au 6 février. La Tamise gèle de fin décembre à fin janvier. Certains endroits sont complètement bloqués. Le 25 décembre, on enregistre une température de -12° C à Greenwich.

… en Italie

« Rome, le 16 janvier,9

L’hiver continue de se faire sentir avec un rigueur extraordinaire pour notre climat. Dans la nuit du 10 au 11, il est tombé deux fois de la neige, quoiqu’en petite quantité. Le 12, le froid a augmenté, la chute de neige a été plus considérable, et elle a été accompagnée de quelques éclairs et coups de tonnerre. »

< à suivre > 

Article suivant : 1829-1830 : un hiver épouvantable (4)

Article précédent : 1829-1830 : un hiver épouvantable (2)

— Notes et références —

1 Journal de la ville et du Grand-duché de Luxembourg, samedi 9 janvier 1830.

2 Journal de la ville et du Grand-duché de Luxembourg, mercredi 6 février 1830.

3 Auch, ville du département du Gers, région de Midi-Pyrénnées.

4 L’Eclaireur politique, journal de la province de Limbourg, Maestricht, le jeudi 4 février 1830

5 L’Eclaireur politique, journal de la province de Limbourg, Maestricht, le jeudi 4 février 1830

6 Chronik von Hetzles – http://www.hetzles.de/chronik.htm

7 La fête de la Chandeleur est fixée au 2 février.

8 Louis Albert Necker-de Saussure, (10 avril 1786 à Genève – 20 novembre 1861 à Portree en Écosse), est un naturaliste, géologue suisse, professeur de géologie et de minéralogie à l’Académie de Genève.

9 L’Eclaireur politique, journal de la province de Limbourg, Maestricht, le jeudi 4 février 1830