« Si ton lieu de naissance sur ta carte d’identité est Houffalize, Tavigny , Mont, Nadrin, Tailles, Mabompré, Wibrin… c’est sûrement « Madame Remy » (Eva Adam) qui t’as mis au monde dans ta maison ».

C’est par ces mots que commençait un « post » de Jean-Marie Henrotte sur le site Facebook « Tu es de Houffalize si… », le 19 mars 2014.

Et les réactions ne se sont pas faites attendre pour s’ensuivre jusqu’en 2021 !

Eva Adam a laissé une mémoire vive de son passage, non seulement dans la commune mais aussi dans les communes environnantes.

« Tu es de Houffalize si… » [1]

GO : « Ou Marie l’accoucheuse…
Je dois être un des seuls jeunes papys de la commune qui est né dans le lit de ma maman et dont les petits enfants sont également nés à domicile. »
.
JM : « Moi aussi, je suis née dans le lit de ma maman et c’était Eva Adam qui m’a mise au monde. »
.
AC : « Moi aussi mais c’est Marie l’accoucheuse, de son nom Marie Léonard, qui m’a mis au monde. Elle a encore habité à Houffalize après la guerre et son mari s’appelait Honoré. »
.
PM : « En 1916, ma mère à Mont, Maria Garroy… (Garroy-Daco). Si quelqu’un a connu cette famille je serais heureux d’en parler… »
.
KD : « Le premier qu’elle a mis au monde est son neveu, le frère de Bibi Jean Claude Jacquemin et les derniers sont la gamine de chez Sac qui est décédée et Antoine Devalte. »
.
AG : « Moi elle m a mise au monde et après elle a mit au monde mes deux enfants , Eva un personnage mais tellement humaine avec ses patientes , que de souvenirs avec elle 😀. »
.
YW : « Moi à Houffalize et elle aussi pour mes deux enfants à l’hôpital de Bastogne. »
.
KD : « Un accouchement avec sa cigarette au bec… à l’hôpital de Bastogne… La petite soeur de service me voit rentrer pliée; elle demande « c’est pour un accouchement ? » et Eva « ti n’el veut nin ? » J’ai rigolé sans cesse. »
.
AL : « Je suis née a la clinique de Bastogne, mais elle est venue me visiter toutes les semaines pendant… « 
.
AH : « Moi, elle m’a mise au monde et elle était infirmière ONE pour ma fille. »
.
JL : « Infirmière ONE à domicile et au car avec le Dr Andriane, pour notre première fille en 74. »
.
NG : « hez nous à Dinez, Eva a aidé Maman pour ses 5 accouchements (Maman n’aurait voulu personne d’autre). »
.
DR : « En 1983, à l’ocasion de la fête annuelle des nouveaux-nés, le Docteur Andrianne, à la fois bourgmesttre et médecin de l’O.N.E., a fleuri et congratulé Madame Eva à l’occasion de sa mise à la retraite. A son compteur : 4.000 naissances en tant que sage femme ou infirmière accoucheuse comme vous préférez. Une grande dame ! »
.
FL : « Et oui ! Chère et brave Eva ! Elle a accouché notre maman 4 fois au 8, rue ville Basse ! »
.
MJR : « C’est elle qui a aidé maman à nous mettre au monde à la maison ! »
.
DD : « Moi pareil »
..
JR : « Oui, je me rappelle Eva a accouché Maman plusieurs fois et j’ai aussi travaillé avec elle à la clinique de Bastogne. »
.
DD : « Eva a accouché Maman à la maison et moi à la clinique à bastogne, 23 ans plus tard. Un ange gardien pour notre famille. »
.
CP : « Je suis né à Bastogne, je me souviens bien d’elle mais aussi de son mari, qui, si je me souviens bien, était brasseur. Et aussi je pense qu’il a aidé ma maman lorsque la graisse de friture lui avait explosé au visage ! J’étais gamin .. mais j’ai été marqué à jamais par tous ces événements 😞. »
.
LL : « Un grand merci à Eva qui a mis presque tous les « L » de Lesage au monde. (NDLR : tradition familliale 🙂 ) »
.
DR : « Est-ce qu’elle n’était pas la marraine d’un des jumeaux ! Un défi qu’elle avait lancé à Victor Dislaire ? »
.
LL : « Oui, avec Victor comme parrain. »
.
SF : « Brave Eva ⚘,  même à Bourcy, elle venait en vélo. C’est elle qui m’a mise au monde à la maison. »
.
CP : « Oui, dans l’habitation où j’habite. »
.
GR : « Je suis passé par ses mains, elle m’a raté … »
.
SM : « Chez nous, les 5 enfants, dans la maison familiale. »
.
SP : « Chez nous, les six dans la maison familiale à Taverneux et, quand j ai eu mon premier enfant, elle passait régulièrement pour voir si tout allait bien. Une très grande dame. »
.
JF : « Moi aussi. Une amie de Maman. »
.
MS : « Eva a mit au monde ma femme Nadine et mon fils Michael. »
.
Jean-Marie Henrotte : « Je me souviens d’une anecdote : je devais avoir aux environs de 6 ans;  elle venait pour une visite pour un de mes frères ou sœurs. J’avais ce jour-là une grosse « charnade » sur une joue, conséquence d’une vilaine chute à vélo sur une des routes du village. Elle a regardé ma blessure, a grondé ma mère parce qu’elle ne m’avais pas bien soignée, m’a emmené à l’évier en pierre bleue de la cuisine et, avec une brosse en chiendent et du savon de l’époque, m’a frotté la joue pour enlever la croûte, nettoyer la plaie et désinfecter. Je n’ai gardé aucune cicatrice mais un souvenir indélébile. Je serais curieux de voir sa tête si elle découvrait notre monde actuel devenu tellement aseptisé… »
.
MRR : « Je suis née à Houffalize dans les baraquements, près de l’église et, 25 ans plus tard, elle a mit au monde ma première fille Annelise. Je garde un très bon souvenir de Eva et de son mari. »
.
FB : « Mon mari est son filleul car elle avait dit qu’elle serait la marraine de son septième enfant. »
.
LO : « Ou Violaine Arend de Sommerain et Thérèse Richard pour les petits derniers nés sur la commune. »
.
Jean-Marie Henrotte : « Tant qu’on y est, elle venait encore chez moi début des années 80, pour mes fils. Elle passait souvent un doigt sur une armoire puis le regardait. Elle m’a expliqué : je regarde toujours s’il y a de la poussière. S’il y en a, c’est que la maman est en bonne santé; s’il n’y en a pas c’est qu’elle n’est pas bien dans sa peau. »
SD : « Né sous les mains d’Eva, moi ! »
KD : « Mon fils aussi !! il a été un de ses derniers…accouchements… hyper folklorique, la cigarette au bec, elle faisait ses commentaires en wallon !!! pas besoin de péridurale, j’étais morte de rire!! »
JM : « Pour ma fille elle m’a fait marcher autour de la table de la cuisine avant de partir pour Bastogne, »

Dans les villages [2]

« Elle aveu un’ moto. Ell’ en a accouché, sés, des gens !

Elle avait marié un Remy qui châleu, je n’sais pas si c’était ol guere ou non, mais c’était une Adam. C’était la sœur de celle qui tenait le cafè au fond dol veye (ville) sur la place près de l’église où y vont turto (café des Sports actuel).

Elle venait en vélo puis elle a eu une grosse moto avec une grosse selle podrî. On l’appelait par téléphone.

Quand il y a eu l’ONE, elle a travaillé là-bas. Elle continuait à aller voir les enfants.

Elle habitait Houffalize, à Ste-Anne. C’était une vraie bordjeuse. Elle n’aimen nin les djins do viyaedjes, sés et les paiyzans da viyaedjes; comme les bordjeux, là.

Mais elle en a coud, des femes ! C’était une travailleuse hors ligne.

On a commencé à accoucher à Bastogne dans les années 60.

A l’époque, on accouchait à la maison. Avant, c’était une femme du village qui accouchait. Le médecin ne venait pas toujours. L’institutrice de Buret a accouché tout le temps à la maison. La maman de Françoise Caprasse allait tout le temps pour assister. La maman de Jeannette, Sylvie, allait partout avant la guerre. » 

Mais tout n’allait pas toujours bien.

« A l’offensive, une femme de Sommerain a été mise dans le cercueil avec le gamin. Elle est restée des jours et des jours en travail. Beaucoup de femmes mourraient en couche car on ne savait pas faire de césarienne. 

La dernière que j’ai connue, c’est une de Buret, qui avait marié un homme de Steinbach. Le premier enfant, cela avait déjà été quelque chose d’abominable. On avait dit qu’il ne fallait plus d’enfant et, 2 ans après, elle en est morte.

C’est malheureux quand même. »

Eva et Fernand [3]

Eva Adam est décédée à Houffalize le 11 mai 1996. Elle est née le 3 janvier 1925.

Elle a épousé Fernand Remy, né le 8 décembre 1924 à Houffalize et décédé le 25 septembre 1998 dans cette même ville.

Fernand était bien brasseur. Les Remy provenaient de Nadrin et Ollomont.

JM dans les bras d’Eva lors de son baptême avec sa marraine et son parrain devant les ruines du presbytère [4]
Autre article sur le sujet : Eva Adam, une accoucheuse hors du commun

— Notes et références —

[1] Les personnes ayant réagi sur Facebook sont identifiées sur ce média. Comme nous ne pouvons leur demander leur autorisation expresse pour cette nouvelle publication, nous avons pris le parti de ne mettre que les initiales de ces personnes (sauf autorisation explicite).
[2] Témoignage de MS, le 26 février 2021
[4] J’ai demandé l’autorisation de reproduction de cette photo ou, du moins, j’en ai eu l’intention de le faire mais je ne retrouve pas cet accord. Si la propriétaire de cette photo se reconnaît, peut-elle me confirmer cet accord ? Dans le cas contraire, je la supprimerais de l’article, bien entendu.