Cet article fait suite à l’article intitulé « Drôles de loups à Les Tailles (1906)« .

Le dernier loup d’Ardenne [1]

On dit que c’est Léopold 1er qui aurait tué le dernier loup de Belgique. S’il est vrai que le roi était un redoutable chasseur et s’il est exact qu’en 1845, il abattit un énorme loup à Custinne [2], il ne s’agit certes pas là du dernier loup de Belgique.

Dans la chronique de sa famille, Marc de Bellefroid d’Oudoumont écrit que sa grand-tante, Marie de Bellefroid, racontait que, toute petite à la Trapperie (Habay-la-Vieille), elle se blottissait sous ses couvertures en entendant hurler les loups autour du château.

La tradition familiale attribue à Auguste II de Bellefroid, ancêtre de l’auteur, l’exploit d’avoir, en 1866 à Habay-la-Neuve, tué le dernier loup des Ardennes belges. Le loup, qui est en fait une louve, se trouve empaillé au musée de la chasse du château de Lavaux-Sainte-Anne.

D’autres références existent de loups tués plus tardivement dont un à Stavelot en 1870 (ce pourrait être le dernier de la province) par Grégoire Massange.

Dans son article intitulé « Les loups aux portes de Liège » (Chasse et Nature, janvier-février 2001), Charles Maisin fait état du dernier loup tué en Belgique, à Stockem [3], en février 1895.

Où et quand le dernier loup a-t-il été tué en Wallonie ? [4]

Il semble que chaque région ait eu « son » dernier loup. A Custinne par exemple, c’est le roi Léopold 1er qui tua l’une des dernières louves d’Ardenne, le 15 février 1845.

Dans le pays de Chimay, le dernier loup a été tué en 1861. Dans les Hautes Fagnes, le dernier loup a été tiré une dizaine d’années plus tard, en 1871 par un aubergiste de Bevercé.
Plus tard encore, un article dans « La Meuse » du 9 février 1955 évoque un spécimen tué en 1878 par M. Brabant à Opont, près de Paliseul.

L’auteur de la très intéressante étude sur l’« Histoire des loups dans les deux Luxembourg » considère que mis à part les cas mal documentés d’une bête abattue en 1897 dans la région d’Erezée et d’une autre la même année à Cédrogne, les trois loups tués par M. Collignon dans le bois de Buzenol en 1893 et celui tué par M. Bley le 2 février 1895 à Stockem (Arlon) constituent les 4 derniers exemplaires connus de Belgique.

Selon la même étude, le loup du bois d’Olingen (Betzdorf) tué le 24 avril 1893 serait l’ultime exemplaire ayant survécu dans le Grand-Duché de Luxembourg. Enfin, un article du « Soir » du 26 mars 1929, raconte qu’un veau fut égorgé dans une grange et que des traces du passage de trois loups ont été relevées en février 1902, au moulin de Mitauge, sur le territoire de Gros-Fays, à une dizaine de kilomètres de Gedinne.

Légende de la Tombe du Loup

Dans un descriptif, Jean d’Ardenne [5] mentionne la Pierre-du-Loup.  La promenade qui conduit à ce monument très bien caché dans la nature est un magnifique tracé dans la forêt de Custinne.

On raconte que le 15 février 1845, c’est dans les bois de Custinne, à l’endroit marqué d’une pierre commémorative, que le roi Léopold Ier abattit un énorme loup qui semble-t-il aurait été le dernier loup de la région.

Voici l’inscription gravée dans la pierre : « Le 15 février 1845, S.M. Léopold I roi des Belges étant à la chasse sur la terre de Custinne abattit en cet endroit un énorme loup » [6].

— Sur le même sujet —-

—- Sources et références —-

[1] Gazette de Liège – « Au loup !, criaient-ils » Lily Portugaels – 23 janvier 2012

[2] Custinne est une section de la commune belge de Houyet située en Région wallonne dans la province de Namur

[3] Donc le Stockem, village de la commune d’Eupen, en province de Liège et non le Stockem près d’Arlon,

[4] « Le retour du loup en Wallonie » – Yvan Mahaux – http://users.skynet.be/fa456560/loup.htm – initalement paru dans la revue Ardenne & Gaume (www.ardenne-et-gaume.be) – reproduit ici avec la gracieuse autorisation de son auteur.

[5] Jean d’Ardenne, pseudonyme du journaliste Léon Dommartin (1839-1919),

[6] http://tourismehouyet.be